... et moi j'écrase mes mots humides

dans le cendrier d'un bleu acharné
.

extrait de : "J'écrase" dans La Nuit Remuée

par EZ

dimanche 21 août 2011

Les pas effilochés les ombres exténuées 
tout fuit sur le trottoir 
quand l'heure tonne
dans le caniveau sauvage, le temps perdu soudain se noie 
rien ne dure ni ne croit sinon l'épopée minérale

L'insomnie guette au tournant le réverbère obscène 
Au loin les bouches furtives exhibent leurs grilles  et les aiguilles
- pleureuses antiques-  tricotent un chant obscur 
pour habiller les nues 

Entre deux glissements de paupières la nuit est tombée
Seule
Il faudrait un sort puissant le mot juste
pour convaincre encore le jour 
de paraître





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

que dites vous après avoir dit bonjour ?